Reprendre confiance en soi

Posté par Yohannes Zewde, le 21 juin 2012

Alain Sousa:  Mis à jour le 7 juillet 2009;  Mis à jour le 15 novembre 2011

 

La confiance en soi, ce n’est pas inné. Un peu plus d’estime de soi, d’expérience et de culot peuvent vous permettre de vous affirmer plus facilement. Doctissimo vous donne quelques conseils pour réussir à affronter les autres et réussir ce que vous entreprenez!

Vous souhaitez développer votre confiance en vous, et enfin oser affronter le monde? Les conseils suivants peuvent vous aider… 

1. Ne fuyez pas les regards!

Dès que quelqu’un vous regarde franchement, vous baissez les yeux ou détournez la tête. Arrêtez de fuir le regard de l’autre ! La communication ne passe pas uniquement par la parole ! Les expressions, les vôtres comme celles de votre interlocuteur, sont importantes. Bien sûr, n’exagérez pas et ne dévisagez pas l’autre à tout bout de champs. 

2. Recyclez votre peur!

Vous éprouvez une peur quasi panique dans des situations nouvelles. Ne dépensez pas toute votre énergie et vos pensées à essayer de dissimuler votre nervosité. Essayez au contraire de la transformer en actions : parlez, aller vers les autres… 

3. Créez le contact!

Certes, engager la conversation avec un inconnu ou même avec votre voisin de pallier vous semble insurmontable. Dites-vous que tout le monde est nerveux lorsqu’il doit aborder une tierce personne. Justement, forcez-vous à créer le contact au lieu de chercher continuellement à l’éviter. Cela devrait vous rassurer et vous permettre de trouver les meilleurs moyens de nouer des relations. 

4. Jetez-vous à l’eau!

Jetez-vous à l’eau! N’hésitez pas à découvrir de nouveaux milieux et à faire de nouvelles expériences. Petit à petit vous deviendrez capable de vous adapter à de nouveaux contextes en un rien de temps! 

5. N’imitez pas!

Certes, il peut parfois être utile de prendre comme modèle quelqu’un qui est toujours sûr de lui. Néanmoins, cette imitation à des limites. La confiance en soi se manifeste différemment selon les personnalités et le style de chacun. Vous ne pouvez donc pas copier votre attitude sur les autres. Cherchez votre propre mode d’expression.

6. Je suis le meilleur!

Utilisez la méthode Coué ! Répétez-vous "je peux y arriver" ou "je suis le meilleur"! D’accord, la pensée positive donne des résultats pour le moins aléatoires ! Mais cela ne coûte rien et peut s’avérer payant. Car parfois il suffit d’un petit coup de pouce pour passer dans le camp des vainqueurs!

7. Affirmez-vous!

Certes, parler fort n’est pas forcément un signe de confiance en soi… mais cela aide à s’affirmer. Et c’est certainement plus efficace que de chuchoter avec la main devant la bouche! Regardez également votre interlocuteur dans les yeux et adressez-vous directement à la personne concernée.

8. Ne choisissez pas des objectifs irréels

Votre manque de confiance en vous vient d’un sentiment permanent d’échec? Arrêtez de vous fixer ou d’accepter des objectifs inaccessibles! L’une des clés de la confiance en soi est le réalisme : vous devez connaître vos capacités et surtout vos limites ! Eventuellement, segmentez votre objectif en petites étapes intermédiaires. Réussir à passer ces petites étapes vous aidera à réaliser vos buts, à condition de rester dans les limites du raisonnable.

9. Progressez!

Toujours pour éviter ces échecs, vous devez connaître vos erreurs! Evaluez de manière précise les raisons de vos échecs passés, aussi bien professionnels que privés. En évitant de reproduire d’anciennes erreurs, vous ne pouvez que vous améliorer…

10. Faites du sport!

Choisissez un club de sport près de chez vous. Surtout, inscrivez-vous dans votre catégorie (débutant…) et essayez d’affronter des gens de votre niveau. Vous verrez, les victoires que vous remporterez vous rassureront immanquablement sur vos capacités. D’autant qu’en peu de temps, vous serez vous-même surpris des progrès que vous réalisez.

Jaloux, moi?

Posté par Yohannes Zewde, le 21 juin 2012

Isabelle Delaleu: Mis à jour le 12 décembre 2011

 

Sentiment parfaitement naturel quand il reste modéré, la jalousie peut aussi devenir maladive, démesurée, étouffante, insupportable, et mettre en péril santé mentale et vie de couple…

D’après une étude canadienne, un groupe d’adultes classe la jalousie au second rang des difficultés les plus importantes, parmi 37 situations conjugales. Et si la jalousie modérée est indissociable de la relation amoureuse, elle devient, quand elle s’emballe, particulièrement nocive pour le couple. Avoir un pincement au coeur quand on voit une (trop) belle femme s'approcher de (trop) près de son mari n’a rien de maladif… mais s'il ne faut pas être laxiste ou naïf, l'espionnage systématique est néfaste pour tout le monde. « Où étais-tu ? Avec qui as-tu déjeuné ? Que te racontait ce bellâtre, et pourquoi souriais-tu en l’écoutant ? À qui téléphones-tu ? Qui est cette blonde bécasse qui te regarde avec des yeux de merlan frit ? » : le(a) jaloux(se) maladif(ve) fait de sa propre vie, et de celle de son partenaire, un véritable enfer. Car la jalousie incontrôlée et incontrôlable devient vite néfaste au couple. 

Entre soupçons et passions

Paranoïaque et extrêmement possessif, le jaloux devient rapidement obsessionnel, et il n’a plus qu’un but, chercher coûte que coûte, par tous les moyens possibles, à découvrir l’atroce «vérité», celle qui va briser son coeur et sa vie : son partenaire le trompe. Cette réaction d’agressivité et de haine à une perte (ou à une simple menace de perte) s’accompagne généralement d’une baisse de l’estime de soi. Le jaloux, s’il se persuade si facilement qu’on le trahit, pense qu’il ne mérite pas vraiment l’amour qu’on lui porte : «ma femme (ou mon mari) est plus jeune que moi, et je la (le) soupçonne d’avoir un amant de son âge» entendent souvent les psychologues. Il vit dans le soupçon permanent, n’a confiance en personne, et se «fait un film» dès que le portable de l’être aimé ne répond pas ! Enfermé dans sa bulle, il déforme les propos qu’on lui tient et fait une montagne d’un détail. Ses soupçons incessants le rendent très malheureux et il peut aller jusqu’à détruire son couple. 

Comment vivre avec?

Si le jaloux souffre, il fait aussi, malheureusement, souffrir son conjoint, et la vie de couple peut virer au cauchemar. En effet, la jalousie fausse complètement le dialogue, et peut être un véritable «pousse-au-crime». Quoi de plus terrible et de plus démotivant, quand on n’a rien à se reprocher, que de sentir que l’autre n’a pas confiance et s’entendre dire en permanence «je suis sûr(e) que tu me trompes, je sais que tu me quitteras». On peut, au fil des jours, en avoir assez d’être irréprochable.

Dans la vie quotidienne, même si l’attitude du jaloux est très dure à supporter, n’abondez pas dans son sens en jouant à séduire, et ne cherchez pas à le provoquer car le jeu pourrait très vite dégénérer… N’oubliez pas que certains jaloux peuvent commettre des actes irréparables… Évitez donc les allusions, l’humour, et les phrases à double sens, qui risquent de le rendre fou de rage. Au contraire, rassurez-le en lui répétant qu’il peut avoir confiance en vous et que vous l’aimez. Mais attention: soyez prévenu(e) que, quoi qu’il en soit, tout ce que vous pourrez lui dire lors de ses crises «pourra être utilisé contre vous». Cela viendra nourrir sa jalousie, puisqu’il déforme tout. Expliquez-lui donc que vous ne répondrez pas à ses questions incessantes et restez insensible à ses harcèlements. Car vous ne devez pas non plus céder, sous peine de mettre le doigt dans un terrible engrenage. Ainsi, de nombreux maris jaloux demandent à leur femme d’arrêter de travailler… et quand elles acceptent, elles le paient souvent très cher. En effet tout jaloux cherche à aliéner la liberté de son partenaire, la mettre sous cloche, tout contrôler.

Avant toute chose, il doit guérir. Suggérez-lui de consulter un psychologue pour savoir d’où lui vient ce terrible manque de confiance en l’autre et en lui.